Bonjour,

J’ai un terrain en pente de 3.5 hectares à proximité de Lourdes (65100) avec eau de source captée (donc gratuite) pour alimenter en eau la bergerie transformée en maison d’habitation autonome. Cela signifie qu’elle est complètement coupée des réseaux (eaux, gaz, électricité, internet, etc).

L’eau provient d’une source captée (donc gratuite). L’électricité provient de 3 panneaux photovoltaïques qui alimentes 2 batteries. (Il te faut donc avoir une consommation d’électricité très modeste.) Et le gaz provient de bouteilles de butanes achetées en ville… qu’il faut donc renouveler régulièrement.

Pour l’instant, je prévoie de venir y habiter vers 2030. Peu avant cela, j’investirai un montant non négligeable pour un bien meilleur système électrique.

Pour vivre sur mon terrain, j’estime le coût à 100 EUR par personne et par mois. Cela comprends le gaz, l’électricité et les divers coûts de fonctionnement. J’insiste sur le verbe que j’ai utilisé. C’est une estimation toute personnelle de ma part. Je crois que le coût réel est inférieur. Mais je préfère vous dire que le coût sera se 100 / mois et qu’en réalité il sera de 80, que le contraire.

Il est évidant que si tu viens en étant 100% autonome sur mon terrain et sans rien utiliser dans la bergerie, tu n’auras pas à participer aux coûts.

Je n’y habite pas encore parce que j’ai ma résidence principale et mon CDI à Paris qui me permet de financer les travaux que je prévoie sur mon terrain et dans ma bergerie.

En mon absence, je laisse y habiter 3 personnes à l’année. Pour résumer, Rachel s’occupe de l’intérieur de la bergerie, Mathieu aide Rachel et Adrien (“recruté” en septembre 2020 via ce site) s’occupe du jardin potager.

Mathieu prévoyant de reprendre la route très bientôt (c’est probablement déjà fait quand tu liras ces lignes), mon terrain est à disposition de personnes voulant créer un jardin potager pour créer l’autonomie alimentaire avec ou sans statut agricole.

Je précise que je cherche des “permanents” et non des woofeurs. Je veux dire par là que tu seras logé sans que je ne te demande de loyer. Par contre, tu auras à te payer ta nourriture, tes vêtements et toutes tes dépenses personnelles. Je me permets de préciser que même si JE ne cherche pas de woofers, rien n’empêche les personnes sur place d’en faire venir ponctuellement.

L’autonomie en tout (alimentaire, énergétique, etc) est mon but sur ce terrain. J’améliore le terrain et la bergerie avec le temps et surtout en fonction de mes finances! Donc au fils des années, ça ne peut que s’améliorer.

Le terrain est adapté aux propriétaires d’herbivores (chevaux, ânes, montons, etc), au manières de penser et surtout d’agir colapsologie, recherche d’autonomie, Yoga, plantes sauvages comestibles, accueil de stages allant dans ce sens, partage d’aide et de savoirs, etc

J’ai fait divisé mon terrain en 5 parcelles dont les surfaces sont de plus de 5000 m². La plus grande fait 9500 m². C’est la seule qui ait autant de surface.

Pour ce qui est du logement, personne n’aura sa propre chambre. Il y a un dortoir au 1er étage et en mezzanine de 4 lits. Donc aucune intimité pour les couples. Cependant, je vois (au moins) 2 possibilités vu la surface et la configuration de mon terrain…

Réfléchis bien à la définition d’un dortoir. Je veux dire par là que si tu as des objets précieux ou auxquels tu tiens particulièrement, il vaudrait mieux que tu les stockes ailleurs ou plus simplement que tu choisisses un autre lieu.

Pour y habiter à l’année, il faut une manière de penser et d’agir très orientée nature et résilience… surtout en hiver quand les températures descendent en dessous de 0 (zéro), quand il pleut et qu’il vente (parfois au rythme de tempêtes!). Ces jours-là, il n’y a pas grand chose à faire! Surtout quand ces jours-là se succèdent!

Donc si tu cherches une parcelle pour la cultiver, n’hésite pas à te manifester.

Précision importante pour qu’il n’y ait pas de malentendu:

Comme il y a eu des surprises de la part de visiteurs à cause de mes paroles, je préfère préciser que j’ai parfois un humour un peu (très?) provocateur, particulier et pas forcément compréhensible par tout le monde. Je vous rassure, je n’ai encore mordu personne. Je n’en ai pas l’intention. Et je ne pense pas être quelqu’un de méchant. Donc lors de notre rencontre, si tu es intéressé par mon terrain, ne sois STP pas offusqué(e). Cela fait partie de ma personnalité. J’essaie de faire des efforts pour améliorer ma communication et modérer ma nature, mais comme le dit l’expression, “chassez le naturel et il revient au galop.”

Additional Details

  • 3.4 hectares